La Guerre Froide

Le face-à-face de deux systèmes

Après 1945, Soviétiques et Américains veulent édifier un nouvel ordre mondial en adéquation avec leurs propres valeurs...

alt text

Une machine à pop corn, un néon publicitaire à l’Ouest, une radio à fréquence unique, une carte du parti communiste à l’Est… C’est l’évocation du choc de deux mondes, de la vie quotidienne et de la propagande, mais aussi celle des contestations et de la répression.

Deux blocs, deux mondes face-à-face

Après la victoire des Alliés sur l'Allemagne en 1945, les deux superpuissances du moment se font face. D'un côté la démocratie américaine et de l'autre, l'empire soviétique.

Avec la période de la Guerre froide, la grande alliance entre les États-Unis et l’URSS est bel et bien terminée. Pendant plus de 40 ans, deux systèmes politiques, deux conceptions du monde s'opposent, indirectement certes, mais toujours avec le risque du déclenchement d’une troisième guerre mondiale, à l’heure de la bombe atomique.

+

Vie quotidienne et propagande

À grand renfort de propagande, les deux systèmes prônent la supériorité de leur modèle politico-économique tout en calomniant celui de l'adversaire.

Après avoir traversé le hall, la première salle qui s’ouvre sur votre droite évoque la vie quotidienne pendant la Guerre froide, révélatrice à plus d’un titre du fossé culturel et idéologique séparant les deux blocs.

Une Trabant et une Lincoln Continental renversées et fixées au plafond, une cascade d’objets, racontent de part et d’autre les sociétés de consommation des deux systèmes des années 50 aux années 70. Placé au centre de cette scénographie, le visiteur peut également visionner sur deux écrans suspendus des films de propagande où chaque bloc défend la supériorité de son modèle politico-économique tout en combattant celui de l’adversaire. Propagande, contre-propagande… vous voilà plongés au cœur de la Guerre froide.

+

Contestation et répression

À l'Ouest comme à l'Est, des mouvements de protestation éclatent. Les opposants soviétiques subissent la répression et sont parfois envoyés au Goulag.

Fermées de barreaux noirs obligeant les visiteurs à se rapprocher, deux vitrines révèlent les principaux mouvements de contestation au sein des deux blocs.

Du côté Ouest, à droite, la hantise du complot communiste aux États-Unis entraîne une véritable chasse aux sorcières - conduite par le sénateur Mac Carthy - mais aussi la montée en puissance des services d’espionnage de la CIA. Les mouvements de protestation contre la guerre du Vietnam, les mouvements hippies, les mouvements étudiants aux États-Unis mais aussi en France avec des objets liés à la crise de mai 1968 se multiplient. Ils sont largement évoqués dans cette vitrine.

Sur la gauche, la réalité est toute autre, plus dramatique. Les opposants, appelés « dissidents » écrivent, publient, chantent, critiquent publiquement le système soviétique. À ce titre, ils sont incarcérés ou envoyés dans les camps du Goulag où ils travaillent et souvent meurent. Plusieurs effets personnels de détenus du Goulag sont présentés dans cette vitrine du bloc de l’Est, où l’appareil de surveillance est poussé à son extrême, comme en témoignent les objets liés à la Stasi, la police politique de l’ex-RDA.

+

Partager cette page

En savoir plus

alt text

Les Jardins du Souvenir

Les jardins

Inauguré dès 1988 avec la plantation d'un arbre, par le président de l'État d'Israël, le parc du Mémorial n'a cessé depuis, de faire pousser de nouveaux...

alt text

Photographies du Front d'Orient, 1914-1918

Actualités
Découvrez toutes les informations sur l’exposition présentée au Mémorial de Caen jusqu’au 18 septembre.
Voir aussi

LE MUSÉE DU RADAR 1944 DE DOUVRES

Découvrez la vie des soldats allemands chargés de la surveillance aérienne dans les bunkers
Voir aussi

Le Mémorial des civils dans la guerre

À Falaise, un nouveau musée dédié à la vie et à la survie des civils pendant la Seconde Guerre mondiale
Voir aussi

Le Cinéma Circulaire Arromanches 360

Découvrez au travers d'images d'archives exceptionnelles, les 100 jours de la terrible Bataille de Normandie