Retour
Berlin au coeur de la Guerre froide

Le Mur de Berlin tombe

L'année 1989 voit le démentèlement du bloc soviétique. Après l'ouverture du rideau de fer en Hongrie, la chute du Mur de Berlin ouvre la voie à la réunification allemande.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, le Mur de Berlin, après avoir déchiré la ville et séparé des familles durant 38 ans, tombe enfin sous la pression populaire. Les deux pans du Mur présentés dans cette salle permettent d’en mesurer les proportions : à son sommet (3,60 m) culmine un tuyau en ciment pour empêcher toute tentative de fuite par accrochage de grappins. Peints peu après la chute du Mur côté Est par l’artiste Manfred Butzman, ces pans de béton ont été sauvegardés lors du démantèlement. Le badigeon appliqué par la police est-allemande n’ayant pas résisté aux intempéries, la fresque est par bonheur réapparue. L’artiste a représenté des lapins, très présents dans le no man’s land du « système Mur », pour symboliser le sort des fugitifs (« se faire tirer dessus comme des lapins ») et plus largement pour en faire un symbole de liberté et de paix. La formule « Hase bleibt Hase », « Lapin pour toujours », prône une révolution pacifique.

Après la chute du Mur et la dépénalisation du passage à l’Ouest par les autorités de la RDA, des files interminables de Trabant se sont pressées vers la frontière. La voiture par laquelle le régime socialiste entendait symboliser sa réussite a finalement servi de vecteur à la liberté.

Voir aussi

Le Mémorial des civils dans la guerre

À Falaise, un nouveau musée dédié à la vie et à la survie des civils pendant la Seconde Guerre mondiale

Mémorial de falaise
Voir aussi

Le Cinéma Circulaire Arromanches 360

Découvrez au travers d'images d'archives exceptionnelles, les 100 jours de la terrible Bataille de Normandie

Mémorial d'Arromanches
Voir aussi

LE MUSÉE DU RADAR 1944 DE DOUVRES

Découvrez la vie des soldats allemands chargés de la surveillance aérienne dans les bunkers

Mémorial de Douvres