Expositions temporaires

Le Monde du 11 Septembre 2001

Exposition événement au Mémorial de Caen 

Du 11 juin au 31 décembre 2021 de 10h à 17h30
"Le Monde du 11 Septembre"

Réservez dès à présent votre visite (jauge limitée) :
 https://billetterie-memorial.fr 

Découvrez la toile "Le Monde du 11-Septembre" pour le Mémorial de Caen par Enki Bilal

3 questions à Enki Bilal

Dessinateur, scénariste et réalisateur

 

 

Enki Bilal, à l’occasion de l’exposition « Le monde du 11-Septembre » vous exposez une fresque au Mémorial de Caen, que représente pour vous cette date du 
11 septembre 2001 ?

« Le 11 septembre 2001 restera pour moi la terrible date de ma prémonition artistique. Trois ans avant sortait mon album Le Sommeil du Monstre. Il y était beaucoup question d’obscurantisme religieux et de forces s’attaquant aux symboles de la « décadence occidentale » tels que la tour Eiffel à Paris ou justement les gratte-ciel de New York…

Pourquoi ce projet de fresque au Mémorial de Caen ? 

Cette fresque réalisée pour l’exposition Le Monde du 11-Septembre est le fruit d’une histoire d’amitié et de solidarité avec Rémy Ourdan et de ma rencontre avec Stéphane Grimaldi.

En 2015, vous disiez ne plus vouloir revenir sur ce sujet dans votre travail. Pensez-vous avoir, aujourd’hui, à nouveau quelque chose à dire sur ces 20 années qui ont suivi le 11-Septembre ?

Ce projet commun avec le Mémorial de Caen met, malheureusement, en évidence que ma prémonition du Sommeil du Monstre perdure toujours vingt ans après. »

 

+

Préambule

En 2008, le Mémorial de Caen avait présenté, en partenariat avec le New York State Museum, la première exposition en Europe consacrée au 11 septembre 2001. L’exposition avait accueilli plus de 100 000 visiteurs.

Pour les 20 ans de cette attaque sur le sol américain, nous avons voulu dire à nos visiteurs que notre monde contemporain reste malheureusement celui de l’après 11 septembre 2001. 

D’où ce titre "Le monde du 11-Septembre".

La réaction à cette attaque inédite d’Al-Qaida et la réponse américaine qui suivra, enclencha de nouvelles guerres en Afghanistan puis en Irak, puis une propagation et une démultiplication du djihad.

Les commissaires de l'exposition sont Stéphane Grimaldi, directeur général du Mémorial de Caen et Rémy Ourdan, correspondant de guerre pour le Monde

L’exposition est divisée en 7 grands chapitres qui retracent les conséquences des attentats du 11-Septembre sur les deux dernières décennies. 

Les travaux des journalistes, photographes, reporters et historiens ont permis de créer cette exposition et d’expliquer comment le monde a soudainement basculé.

 

+

Chapitre 1 : le 11 septembre 2001

Le matin du 11 septembre 2001, dix-neuf combattants djihadistes, infiltrés aux États-Unis, détournent quatre avions commerciaux et ciblent des lieux hautement symboliques de la puissance américaine.

Trois avions atteignent leurs cibles : à New York, les deux tours jumelles du World Trade Center, et à Washington, le Pentagone, siège du département de la Défense et de l’armée américaine.

Le quatrième avion, qui visait soit la Maison-Blanche (présidence), soit le Capitole (Congrès), à Washington, s’écrase en Pennsylvanie après une révolte des passagers qui tentent d’en reprendre le contrôle.

L’attaque, ordonnée par le chef d’Al-Qaida, Oussama Ben Laden, fut organisée par le chef du « Département des opérations extérieures » de l’organisation, Khalid Cheikh Mohammed. 

Ces attentats sont les plus meurtriers de l’histoire du terrorisme : 2 977 morts et 6 291 blessés.

Après le 11-Septembre, les États-Unis décident d’apporter une réponse militaire aux attentats. Le président George W. Bush déclare la « guerre au terrorisme » (War on terror). Le début de ce que certains stratèges nomment une « guerre longue » (long war), ou encore une « guerre sans fin » (unending war).


Crédits photo :  Doug KANTER - AFP

+

Chapitre 2 : le monde du djihad

Le chef d’Al-Qaida, Oussama Ben Laden, publie, le 23 février 1998, une "Déclaration du Front islamique mondial pour le djihad contre les Juifs et les Croisés", dans laquelle il déclare la guerre sainte (djihad) dans le monde entier. 

Les attaques du 11 septembre 2001 contre les États-Unis, organisées par Ben Laden et Al-Qaida, sont les plus meurtrières de l’histoire du djihad. 

À l’issue de la guerre d’Afghanistan, Al-Qaida s’étend sur plusieurs territoires (Yémen, Arabie Saoudite, Maghreb, Pakistan, Inde, Bangladesh…). 

Les guerres en Irak, à partir de 2003, puis en Syrie, à partir de 2011, conduisent à un nouvel essor du djihad international. Al-Qaida en Irak prend son autonomie et, sous la conduite d’Abou Bakr al-Baghdadi, devient « l’État islamique » (EI). 

Le djihad mondial est encore aujourd’hui dominé par Al-Qaida et Daech, deux rivaux auxquels presque tous les groupes islamistes armés de la planète ont prêté allégeance.

En photo : Syrie, 2019 - Un combattant de l’État islamique et son épouse faits prisonniers par les FDS sont évacués de Baghouz vers le centre de tri de Tanak Field North.
Crédits photo : Patrick Chauvel

+

Chapitre 3 : la guerre d'Afghanistan

La guerre en Afghanistan est le plus long conflit armé de l’histoire des États-Unis. 

Pour les Afghans, la guerre de 2001 démarre deux jours avant les attentats aux États-Unis, le 9 septembre, avec l’assassinat, par deux agents d’Al-Qaida, d’Ahmed Chah Massoud. Surnommé « le Lion du Pandjchir », il est le chef de la guérilla contre les talibans, au pouvoir à Kaboul depuis 1996 et hôtes d’Al-Qaida. 

D’octobre à décembre 2001, Washington décide de soutenir les moudjahidines afghans anti-talibans, appuyés par l’aviation et des unités de forces spéciales américaines. Cette « première guerre d’Afghanistan » s’achève par la défaite des talibans, dirigés par le mollah Mohammad Omar, qui perdent le pouvoir et se réfugient au Pakistan.

Les États-Unis et leurs alliés déploient, de 2002 à 2014, une force militaire de l’OTAN en Afghanistan. Les talibans afghans, appuyés par les talibans pakistanais, par Al-Qaida puis par d’autres groupes  djihadistes, mènent depuis 2005 une guérilla contre le pouvoir de Kaboul et contre les troupes étrangères. Après le retrait de l’OTAN en 2014, Washington transfère la lutte antiguérilla à l’armée afghane, tout en conservant un contingent chargé de la soutenir.

Depuis 2018, Washington négocie une issue au conflit avec les talibans. Le président américain Joe Biden a promis la fin de l’engagement militaire américain en Afghanistan pour 2021, deux décennies après le 11-Septembre.

 

Crédits photo : Massoud Hossaini

+

Chapitre 4 : la guerre en Irak

La guerre d’Irak débute le 20 mars 2003 avec l’invasion du pays par les États-Unis et leurs alliés sous deux prétextes mensongers : le premier sur l’existence d’un lien entre le pouvoir de Saddam Hussein et les attaques du 11-Septembre, alors que le pouvoir de Bagdad et Al-Qaida se considèrent comme des ennemis ; le second sur la menace d’armes de destruction massive (biologique, chimique et nucléaire) irakiennes, alors que des inspections de l’ONU n’en ont trouvé aucune trace. Débute alors un conflit qui va embraser l’Irak, déstabiliser le Moyen-Orient, et qui dure encore aujourd’hui. 

La guérilla sunnite irakienne commence le 30 avril 2003, trois semaines après la chute de Bagdad, lorsque des hommes masqués lancent des grenades dans une base américaine à Falloujah, en réponse au fait que des soldats de la 82e Airborne ont tué, deux jours plus tôt, des manifestants réclamant la réouverture d’une école. Falloujah devient « La Mecque des moudjahidines » irakiens. Le djihadiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui y installe son groupe « Unicité et djihad », qui deviendra Al-Qaida en Irak puis « l’État islamique » (EI). Deux batailles y opposent l’armée américaine et la guérilla en avril et novembre 2004, annonciatrices de combats qui vont se poursuivre durant des années.

 

En photo : Progression des Marines vers Bagdad, 23 mars 2003
Crédits photo : Laurent Van Der Stockt

+

Chapitre 5 : la France en guerre

La France est l’un des pays occidentaux les plus durement frappés par les djihadistes. 

Parmi les attaques terroristes les plus remarquées ou meurtrières : les assassinats de militaires et d’enfants d’une école juive en 2012 à Toulouse et Montauban ; les attaques du journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 et du supermarché juif Hyper Cacher le 9 janvier 2015 à Paris ; l’attaque dans un train Thalys le 21 août 2015 ; les attaques ordonnées par « l’État islamique » le 13 novembre 2015 à Paris, visant la salle de concert du Bataclan et des cafés ; l’assassinat de deux policiers le 13 juin 2016 à Magnanville ; l’attaque de la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016 à Nice ; l’assassinat d’un prêtre lors d’une messe le 26 juillet 2016 à Saint-Étienne-du-Rouvray ; l’attaque d’un marché de Noël le 11 décembre 2018 à Strasbourg ; l’assassinat de quatre policiers le 3 octobre 2019 à la Préfecture de police de Paris ; l’assassinat du professeur Samuel Paty le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine.

Dans le cadre de la lutte contre le djihad, la France mène durant deux décennies trois guerres : La première guerre en Afghanistan de 2002 à 2012 ; la deuxième guerre au Mali en 2013 qui s’est étendue dans le Sahel et qui couvre aujourd’hui le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad ; la troisième guerre est celle menée au sein d’une coalition internationale, contre « l’État islamique » en Irak et en Syrie depuis 2014.

+

Chapitre 6 : l'Amérique en guerre

Les guerres de l’après-11-Septembre ont profondément changé l’Amérique. 

Après les attaques du 11-Septembre, le président George W. Bush déclare la "guerre au terrorisme" (War on terror). Il choisit de militariser la réponse à Al-Qaida, d’occuper l’Afghanistan après la guerre afghane victorieuse de 2001, puis d’envahir et d’occuper l’Irak en 2003. Durant les vingt années suivantes, plus de deux millions de soldats américains vont être déployés hors des États-Unis, partout dans le monde.

Après les guerres perdues de George W. Bush, les trois présidents américains suivants – Barack Obama,  Donald Trump et Joe Biden – sont élus avec des promesses de retrait militaire d’Afghanistan et d’Irak. 

Les présidents Obama et Trump tiennent leurs promesses sans parvenir à un retrait général. Joe Biden s’engage à un retrait définitif des troupes d’Afghanistan, la plus longue guerre de l’histoire de l’Amérique, pour 2021.

Crédits photo : Raymond Hubbard, blessé à Bagdad pas l'explosion d'une rocket, le 4 juillet 2006. Darrien, Wisconsin, 2007 - Peter Van Agtmael

+

Conclusion "Une guerre sans fin" ?

Vingt ans après le 11-Septembre, nul ne s’aventure à prédire quelle sera la durée de la guerre contre le djihadisme.

Si les attaques de 2001 ont marqué l’apogée d’Al-Qaida, la mouvance djihadiste internationale a connu un essor spectaculaire depuis deux décennies. Des centaines de milliers de combattants à travers le monde ont rejoint l’idéologie djihadiste.

La militarisation de la réponse au 11-Septembre choisie par l’administration Bush, avec notamment l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak, a contribué à l’essor du djihadisme. 

Mais les États-Unis ne sont pas les seuls ennemis des islamistes armés. Ces derniers s’attaquent à tous les États, tous les systèmes politiques et toutes les religions qui ne sont pas les leurs.

Une « guerre sans fin » ? Toute guerre s’achève un jour. Pour le moment, c’est une guerre dont nul ne peut entrevoir la fin. C’est une « guerre longue », très longue.

 

En photo : Tempête de sable dans le désert, au moment de l’évacuation des familles vers le camp d’Al-Hol, au nord de la Syrie.
Crédits photo : Patrick Chauvel

+

L'exposition sur les réseaux sociaux

Pour accompagner l'exposition, nous avons mis en ligne une série de stories historiques et pédagogiques sur les réseaux sociaux. 

Cette série de stories permet de découvrir en avant-première les contenus de l'exposition : les vingt années de guerre et de terrorisme qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001. 

Ces 11 stories illustrées par des documents issus de l'exposition (photos, affiches, textes, objets...) restent en ligne et accessibles sur les pages Instagram et Fracebook du Mémorial. 

 

Voici les thèmes des  stories, à retrouver chaque jeudi jusqu'au 10 juin : 

  • Les attentats du 11 septembre 2001 (1er avril)
  • Ben Laden et les hommes clés du Djihad (Le 8 avril) 
  • La guerre d'Afghanistan (le 15 avril)
  • L'invasion de l'Irak
  • Les interventions de l'armée française contre le terrorisme
  • La France en guerre : Charlie et le 13 novembre 2015
  • Les interventions de l'armée française contre le terrorisme
  • Les États-Unis en guerre : les présidents, chefs de guerre
  • Militaires et vétérans américains
  • Les États-Unis "hors des lois" 
  • "L'État islamique" et le califat
+

Pages

Partager cette page