• Augmenter
  • Diminuer

Current Size: 100%

Nos ressources pédagogiques
Concours de plaidoiries des lycéens
Agenda éducatif

Le face-à-face de deux systèmes

La guerre froide

Réservez votre billet

Le face-à-face de deux systèmes

Deux blocs, deux mondes face-à-face

Avec la période de la Guerre froide, la grande alliance entre les États-Unis et l’URSS est bel et bien terminée. Pendant plus de 40 ans, deux systèmes politiques, deux conceptions du monde vont s’opposer, indirectement certes, mais toujours avec le risque du déclenchement d’une troisième guerre mondiale, à l’heure de la bombe atomique.

 

 

 

Vie quotidienne et propagande

Après avoir traversé le hall, la première salle qui s’ouvre sur notre droite évoque la vie quotidienne pendant la Guerre froide, révélatrice à plus d’un titre du fossé culturel et idéologique séparant les deux blocs.

Une Trabant et une Lincoln Continental renversées et fixées au plafond, une cascade d’objets se terminant par des petits objets en vitrines, racontent de part et d’autre les sociétés de consommation des deux systèmes des années 50 aux années 70. Placés au centre de cette scénographie, nous pouvons également visionner sur deux écrans suspendus des films de propagande où chaque bloc défend la supériorité de son modèle politico-économique tout en combattant celui de l’adversaire. Propagande, contre-propagande… nous voilà plongés au cœur de la Guerre froide ! 

Contestation et répression

Les objets du Goulag

L’exemplaire de L’Archipel du Goulag, livre de Soljenitsyne interdit en URSS, la veste de Zek (détenu d’un goulag), la gamelle ayant appartenu au Français Jacques Rossi, détenu 19 ans au Goulag, ou le règlement intérieur d’un baraquement du Goulag volé par l’écrivain Alexandre Guinzburg lors de sa libération… Autant d’objets rares et émouvants qui illustrent les heures noires du communisme.

Derrière nous, fermées de barreaux noirs nous obligeant à nous rapprocher, deux vitrines nous révèlent les principaux mouvements de contestation au sein des deux blocs. Du côté Ouest, à droite, la hantise du complot communiste aux États-Unis entraîne une véritable chasse aux sorcières - conduite par le sénateur Mac Carthy - mais aussi la montée en puissance des services d’espionnage de la CIA. Les mouvements de protestation contre la guerre du Vietnam, les mouvements hippies, les mouvements étudiants aux États-Unis mais aussi en France avec des objets liés à la crise de mai 1968 se multiplient. Ils sont largement évoqués dans cette vitrine.

Sur la gauche, la réalité est toute autre, plus dramatique. Les opposants, appelés « dissidents » écrivent, publient, chantent, critiquent publiquement le système soviétique. À ce titre, ils sont incarcérés ou envoyés dans les camps du Goulag où ils travaillent et souvent meurent. Plusieurs effets personnels de détenus du Goulag sont présentés dans cette vitrine du bloc de l’Est où l’appareil de surveillance est poussé à son extrême, comme en témoignent les objets liés à la Stasi, la police politique de l’ex-RDA.