• Augmenter
  • Diminuer

Current Size: 100%

Nos ressources pédagogiques
Concours de plaidoiries des lycéens
Agenda éducatif

Notre combat. Une réponse à Mein Kampf

Retrouver une exposition

Notre combat, Une réponse à Mein Kampf

Exposition présentée au Mémorial du 29 juin au 31 décembre 2011

Exposition temporaireLe Mémorial de Caen proposait une exposition temporaire intitulée « Notre combat, une réponse à Mein Kampf ». Il s’agit d’une création artistique réalisée à partir d’une idée de Linda Ellia. Cette artiste française d’origine tunisienne a proposé à un grand nombre d’artistes et d’anonymes de s’exprimer sur les pages de Mein Kampf et de réagir à son contenu.

Linda Ellia, avant-propos à son livre Notre Combat, éditions du Seuil, 2007 :

« Quelle ne fut pas ma stupeur lorsque ma fille me posa dans les mains le livre d'Adolf Hitler, Mein Kampf, trouvé dans une cave. Comment était-il arrivé là et pourquoi ? Mon corps se mit à trembler, à brûler. Comme si ma vie soudain basculait. Ces écrits avaient engendré de tels massacres ! (…) Je ne parvenais plus à trouver le repos, hantée par toutes ces interrogations. (…)

Un soir, je vis des extraits du film de Claude Lanzmann, Shoah. Le récit des rescapés me bouleversa et, dans la nuit, réveillée en sursaut, des phrases surgirent comme par magie. Je saisis le livre, le regardai, le scrutai. Une idée me traversa l'esprit : « Et si je détachais l'une de ces pages pour y exprimer ma colère, répondre, résister ? » Après avoir recouvert ou transformé une trentaine de pages, Linda Ellia en distribue à son entourage familial et à son cercle d'amis artistes. Enfin, elle décide de poursuivre l'expérience au hasard des rencontres. La démarche est à chaque fois la même : le participant doit lire « sa » page, et réagir par la voie artistique de son choix.

Les 650 pages du livre finissent par être entièrement transformées. Le projet est publié et a fait l'objet de deux expositions, l'une en Suisse et l'autre à San Francisco, au Contemporary Jewish Museum.

Simone Veil a été très touchée par la démarche de Linda Ellia et a accepté de donner sa caution au projet :

« J’ai été très touchée par l’originalité de ce projet et par cette réaction quasiment instinctive qui l’a poussée, face au manifeste écrit par Hitler, à faire quelque chose de ce livre abominable et délétère.

Mais que faire d’un tel livre ? L’interdire ? Il courrait toujours sous le manteau. L’oublier ? Ce serait une offense à la mémoire des millions de morts qu’il causa. Le brûler ? Ce serait adopter les méthodes que les nazis employèrent lors des autodafés de la Nuit de Cristal. Linda Ellia a eu la lumineuse intuition de faire de ce livre un vecteur de mémoire.
Bouleversée, elle a entrepris d’en déchirer les pages et de les distribuer au hasard à des passants en leur demandant d’utiliser ces feuillets comme support de leurs réactions en laissant libre cours à leur inspiration. Issue d’un sentiment personnel, l’œuvre ainsi créée a pris une dimension collective, presque politique.

Mein Kampf est le livre de toutes les errances, il ouvrit pour des millions de personnes un abîme de mort et de douleur. Ce livre, dont le destin funeste a marqué le siècle, l’Histoire, et la vie d’innombrables personnes dont la mienne, recèle ce que l’Humanité a de plus vil : la haine de l’autre, le racisme et l’antisémitisme poussés dans leurs délires les plus épouvantables. »

Préface du livre de Linda Ellia, Notre combat, éditions du Seuil, 2007.

Exposition présentée au Mémorial du 29 juin au 31 décembre 2011