• Augmenter
  • Diminuer

Current Size: 100%

Nos ressources pédagogiques
Concours de plaidoiries des lycéens
Agenda éducatif

TONY VACCARO AU MÉMORIAL 
DE CAEN

Tony Vaccaro, photographe majeur, souvent comparé au reporter de guerre Robert Capa, exposera au Mémorial 100 photos de la Libération de l’Europe occidentale, prises lors de l’avancée de la 83e division d’infanterie américaine, entre la Normandie et Berlin (1944-1945).

Pour cette exposition, Tony Vaccaro, aujourd’hui âgé de 91 ans, a accepté de refaire la traversée transatlantique et de raconter son parcours exceptionnel au Mémorial de Caen.

Une exposition produite par la Galerie Bilderwelt.
Photo d'arrière-plan : Tony Vaccaro / Galerie Bilderwelt - Hemmerden 28 février 1945

TONY VACCARO,
« LE SOLDAT À L’APPAREIL PHOTO »

Quand il débarque à Omaha Beach le 21 juin 1944, Tony Vaccaro, simple fantassin de 21 ans, porte dans une main un fusil M-1, dans l’autre, son appareil photo, un 35 mm Argus C3. Il avait réussi à convaincre ses supérieurs de le laisser photographier l’avancée de la 83e division d’infanterie américaine.

Sa première vision est celle d’une côte normande déchiquetée et de milliers de corps alignés le long de la route menant à Vierville (Calvados). Puis viennent les combats et la peur : Tony Vaccaro est blessé et soigné à Isigny-sur-Mer (Calvados)

Il rejoint son unité avec laquelle il participe à la libération de la Bretagne. Le 15 août 1944, il est à Saint-Briac au milieu de la joie populaire, comme en témoigne son cliché « Le baiser de la Libération ». « Et nous n’avons plus jamais dansé », confie-t-il. Car la guerre le conduit vers l’Est : en France, au Luxembourg, en Belgique et en Allemagne. 300 jours à travers l’Europe qu’il fixera sur pellicule. Environ 8 000 clichés au total.
Les photos sont développées la nuit dans des casques pour le révélateur et le fixateur.

Tony Vaccaro suit le quotidien de son unité. Il est le témoin de combats acharnés comme ceux de la forêt de Hürtgen, mais aussi du dénuement et des atrocités, comme cette femme allemande violée, un couteau planté dans le vagin, un cliché pris le 8 mai 1945, jour de l’armistice.

Démobilisé en 1945, Tony Vaccaro restera encore quatre années en Allemagne pour le journal de l’Armée américaine Stars and Stripes. Mais bouleversé par ces années de guerre et de reconstruction, il choisit de rentrer aux États-Unis et de tenter sa chance dans les magazines d’actualité et de mode tels que Flair, Look, Life et Venture. Ses portraits d’artistes et de stars lui vaudront une renommée internationale.

La visite des expositions "Les 100 objets de la Bataille de Normandie" et "Shots of War" est comprise dans le billet d'entrée.
Visite des expositions seules : 5€

TONY VACCARO : 
QUELQUES REPÈRES BIOGRAPHIQUES

1922 : Naissance de Tony Vaccaro à Greensburg en Pennsylvanie, aux États-Unis.
1925 : Il traverse une première fois l’Atlantique, direction l’Italie où orphelin, il sera élevé par son oncle.
1942 : De retour aux États-Unis, parlant encore mal l’anglais, son professeur de physique l’initie à la photographie.
1944 : Il débarque à Omaha le 21 juin. Il devient « le soldat à l’appareil photo ».
1944-1945 : Il suit l’avancée de la 83e division d’infanterie américaine, un long périple qui le conduit de la Bretagne à Berlin, en passant par les Ardennes. Il prend près de 7 000 clichés.
1945 : Démobilisé, il est engagé comme photoreporter pour la revue de l’armée Stars and Stripes. Il restera 4 ans dans l’Europe en lambeaux comme correspondant de guerre officiel en Allemagne, en France, en Italie.
1949 : marqué par les douleurs de la guerre, il démissionne.
À partir des années 50 : Tony Vaccaro commence une nouvelle vie de photographe de mode et de cinéma auprès des magazines Flair, Look, Life et Venture. Il multiplie les traversées entre New York et l’Europe, des transatlantiques au cours desquelles il rencontre de nombreuses personnalités comme l’artiste Alexandre Calder. Il se rend célèbre grâce à ses portraits de Marlon Brando, Charles Chaplin, Sophia Loren, Maria Callas, Marlène Dietrich, Marcel Duchamp, Anita Ekberg, Pablo Picasso….
Tony Vaccaro vit aujourd’hui à New York.
Sur le tournage de
« Tony's crossing » (2013)

À l’occasion de l’exposition « Shots of war » de Tony Vaccaro au Mémorial de Caen, produite par la Galerie Bilderwelt, France 3 a tourné un documentaire retraçant le parcours du grand photoreporter. Le tournage a commencé en octobre 2013 à New York. La première séquence est consacrée à la rencontre entre Tony Vaccaro et le Directeur du Mémorial de Caen, Stéphane Grimaldi.
Tony Vaccaro,
soldat photographe

A New York, Tony Vaccaro nous dit comment il est devenu « le GI à l'appareil photo » et nous raconte son souvenir de guerre le plus marquant. Interview.
Extrait de
« Tony, le retour du GI »
(1994)

A l'occasion de l'exposition « Shots of War » au Mémorial de Caen, produite par la Galerie Bilderwelt, un documentaire de 52 minutes retracera le parcours exceptionnel de Tony Vaccaro. Ce documentaire signé Jean-François Pahun sera projeté en avant-première au Mémorial de Caen. Jean-François Pahun avait déjà suivi Tony Vaccaro en 1994 pour un premier documentaire « Le retour du GI ». Voici un extrait