Haut de page

6 - Sur les traces du Mur

Haut de page

 

  Les traces du Mur II

Bornholmer Strasse :

Morceaux du Mur et plaque commémorant la première ouverture le 9 novembre 1989, inaugurée un an plus tard.

Bernauer Strasse :

Cette rue marque la limite entre deux arrondissements, Mitte qui fait partie du secteur soviétique et Wedding rattaché au secteur français. Le 13 août 1961, cette démarcation devient une frontière fermée et gardée, et l'un des symboles de la division de la ville. Durant les premiers jours, les locataires des immeubles réussissent encore à sauter des fenêtres pour se réfugier à l’Ouest. C’est ainsi que se blesse mortellement un vieux Berlinois ; c’est la première victime d’une longue liste. Les maisons sont ensuite condamnées, les habitants expulsés. Quelques années après, les immeubles sont abattus. En 1985, l’Église de la Réconciliation, qui se trouve dans le no man’s land et qui n’est plus utilisée depuis 1961, est à son tour détruite par les autorités est-allemandes.

Le carrefour de la Bernauer Strasse et de la Gartenstrasse forme le " coin des suicidés ", des automobilistes se précipitant à toute vitesse contre le Mur qui bloque les rues à angle droit.

Dans la Swinemünder Strasse, une plaque commémore la mort de dix fugitifs.

Depuis le 13 août 1998, Bernauer Strasse abrite le Mémorial de la Division, qui comprend une section du Mur (70 mètres), complété en 1999 par un centre de documentation sur le Mur.

Invalidenfriedhof :

En dehors d’une tour de guet, il subsiste des segments du Mur qui fermait un cimetière, dont maintes tombes ont été déplacées pour permettre la construction de miradors et d’une piste goudronnée. Sur les 3 000 tombes d'origine, il n'en reste plus que 200. Seuls les visiteurs munis d'un laissez-passer spécial (Grabkarte) pouvaient venir se recueillir sur la tombe de leurs parents.

Reichstag :

Le Mur longeait la façade orientale du Reichstag. À proximité, des croix blanches rappellent le souvenir de quelques victimes du Mur. En face, de l’autre côté de la Sprée, se trouvait après la réunification le " Parlement des arbres " (Parlament der Baüme) qui, à l'initiative de l'artiste berlinois Ben Wargin, comprenait une série d'œuvres sur " l'art de la division " ; des segments du Mur, peints en noir et blanc, évoquaient les années et les victimes de la partition.

Berlin centre
Berlin centre

 

image ?
morceau du Mur

Les immeubles abattus
Les immeubles abattus

L'Eglise de la Réconciliation
L'Eglise de la Réconciliation

Le cimetière Invalidenfrienhorf
Le cimetière de Liesenstrasse

Le Mur du Reichstag
Le mur du Reichstag

 

Bas de page

Table des matières - annexes

Bas de page