Haut de page

3 - Le système "MUR"

Haut de page

 

  Les accès à l'île berlinoise

Après la guerre, les liaisons terrestres entre Berlin et l’Allemagne occidentale ont longtemps été difficiles, car elles n’avaient pas fait l’objet d’accords entre les quatre puissances occupantes, ce qui avait rendu possible le blocus de la ville par les Soviétiques. Par contre, les accès aériens avaient été réglementés : trois corridors partant de Hambourg, Hanovre et Francfort convergeaient vers les aéroports civils et militaires de Tegel (secteur français), Tempelhof (secteur américain) et Gatow (secteur britannique), ce qui avait sauvé la ville de l’étouffement en 1948-1949.

Jusqu’à l’accord quadripartite de 1971 et à celui sur le trafic en transit conclu entre les deux États allemands (17 décembre 1971), la circulation terrestre et fluviale des personnes et des marchandises entre la RFA et Berlin-Ouest est régulièrement soumise à diverses chicanes. Dans les années 1970-1980, les voies d’accès terrestres à Berlin-Ouest sont améliorées, aménagées et diversifiées.

Berlin-Ouest est alors relié à la RFA par voie ferrée, et par autoroute à Hambourg, Hanovre, Hof et Francfort.

Au total, il y avait 12 points de passage dans le Berlin divisé :

4 entre Berlin-Ouest et la RDA :

- Heiligensee/Stolpe, au nord-ouest ;
- Staaken, à l’ouest ;
- Dreilinden/Drewitz, au sud-ouest ;
- Waltersdorfer Chaussee, au sud, réservé exclusivement aux passagers occidentaux se rendant à l’aéroport est-allemand de Schönefeld.

8 entre Berlin-Ouest et Berlin-Est :

- Chausseestrasse, Invalidenstrasse, Oberbaumbrücke, Sonnenallee, réservés aux habitants des secteurs occidentaux ;
- Heinrich-Heine-Strasse, Bornholmer Strasse, pour les citoyens de RFA ;
- Checkpoint Charlie, pour les militaires occidentaux, les diplomates et les visiteurs étrangers ;
- la station de Friedrichstrasse : à l’est les stations de métro situées sur les lignes traversant les deux parties de la ville étaient fermées et gardées par des Vopos en armes. Seule Friedrichstrasse restait accessible, car elle faisait office de point de passage supplémentaire pour les Allemands et les étrangers. Le poste frontière de Friedrichstrasse existe toujours, transformé en salle de concert au nom évocateur de Palais des Larmes (Tränenpalast).

Accès à l'île berlinoise
Accès à l'île berlinoise

Points de passage de Berlin
Points de passage de Berlin

 

 

  Un point de passage
Le point de passage
Sonnenallee

 Un point de passage
Un point de passage
Heinrich-Heine-Strasse

 Checkpoint Charlie
Checkpoint Charlie

 Checkpoint Charlie
Checkpoint Charlie

Bas de page

Table des matières - annexes - A l'ombre du Mur

Bas de page