Haut de page

1 - Le ciel partagé

Haut de page

 

  La ruée vers l'Ouest

A partir de novembre 1953, les Berlinois des secteurs occidentaux ont besoin pour pénétrer en secteur oriental d’un laissez-passer délivré par les autorités est-allemandes. Malgré l’instauration en 1957 par la RDA du délit de " fuite de la République " (Republikflucht), sanctionné par 16 mois à 4 ans de prison, la file de " ceux qui votent avec leurs pieds ", selon l’expression du bourgmestre berlinois Ernst Reuter, ne cesse de s’allonger. Il ne reste plus qu’une seule issue vers l’Ouest ; Berlin, où chaque jour 500 000 habitants (frontaliers, étudiants, clandestins) franchissent la frontière intersectorale.

Sur les 2 700 000 Allemands de l’Est (dont 3 400 médecins, 17 000 enseignants et 17 000 ingénieurs) qui, entre 1949 et 1961, se réfugient en RFA, plus de 1 600 000 empruntent le passage de Berlin-Ouest, soit l’équivalent de la population de Berlin-Est.

Durant les sept premiers mois de 1961, on comptabilise 160 000 départs. Contrairement à son affirmation du 15 juin 1961, selon laquelle " personne n’a l’intention d’ériger un mur ", Walter Ulbricht veut arrêter cette hémorragie qui condamne à terme le régime communiste.

 

Les Berlinois
Les Berlinois

Bas de page

Table des matières - annexes - Opération "Muraille de Chine"

Bas de page