Haut de page

2 - Opération Muraille de Chine

Haut de page

 

  Les hommes

Walter Ulbricht (1893-1973) :

Né dans une famille sociale-démocrate de Leipzig, il rejoint pendant la Première Guerre mondiale les rangs spartakistes et participe en 1919 à la fondation du parti communiste (KPD). Député en 1928, il entre l’année suivante au Bureau politique du KPD. Après la prise du pouvoir par Hitler, il émigre successivement à Paris, Prague et Moscou où il organise la propagande antinazie. En avril 1945, il revient à Berlin afin de reconstruire le KPD. Fidèle stalinien reconnaissable à ses lunettes cerclées et à sa barbiche, Ulbricht prend à partir de 1950 la direction du parti. L’échec de la révolte de juin 1953 consolide sa position, encore renforcée après la mort en 1960 de Wilhelm Pieck, le premier président de la RDA. En tant que chef du Conseil national de Défense créé en 1960, poste qui lui assure l’autorité sur l’armée, il est le principal responsable de la construction du Mur. En 1968, il est l’un des plus fervents partisans de l’intervention contre le Printemps de Prague. À partir de 1970, il est progressivement dépossédé de son pouvoir, car l’URSS souhaite promouvoir la détente avec l’Ouest. Il meurt le 1er août 1973.

Erich Honecker (1912-1994) :

Dès l’âge de dix ans, ce Sarrois fait partie d’organisations communistes. Arrêté par la Gestapo en 1935, il reste en prison jusqu’à la fin de la guerre. Il refonde les Jeunesses communistes (FDJ) qu’il préside jusqu’en 1955. En 1958, il prend en charge les questions de sécurité au sein du Comité central du SED. À ce titre, il assume la préparation de la construction du Mur. En 1971, il succède à Ulbricht à la tête du SED. En 1987, il effectue un voyage officiel en RFA, mais se distancie de la politique réformatrice de Gorbatchev. En juin 1989, il continue à défendre le Mur qui doit rester debout encore " 50 ou 100 ans ". Il assiste le 7 octobre aux festivités du quarantième anniversaire de la RDA, mais, sous la pression de la rue et des communistes réformateurs ou opportunistes, il est contraint le 18 octobre de se retirer. Réfugié à Moscou, il est arrêté en 1992, et inculpé d’avoir ordonné de tirer sur les fugitifs. Mais il est relâché pour raisons de santé et émigre au Chili où il meurt.

Willy Brandt (1913-1992) :

Dès 15 ans, il est actif dans les cercles socialistes. Exilé en 1933 en Norvège, il mène une double activité de journaliste engagé et de résistant antinazi. En 1947, il revient à Berlin où il représente la direction du SPD. Proche du bourgmestre de Berlin, Ernst Reuter, il est élu député dans le premier Bundestag. De 1957 à 1966, il est bourgmestre de Berlin-Ouest. Pendant la crise du Mur, il fait preuve de fermeté, s’attire la sympathie des Allemands et acquiert une stature d'homme d'État, alors que le chancelier Adenauer (1876-1967) poursuit la campagne électorale, se rendant seulement le 22 août à Berlin, ce que les électeurs ouest-allemands sanctionnent dès septembre 1961. De 1966 à 1969, Brandt est ministre des Affaires étrangères dans la Grande Coalition. Il devient ensuite chancelier et reçoit le prix Nobel de la Paix en 1971 pour sa politique de détente. À la suite de l’affaire Guillaume, il démissionne en 1974, mais reste chef du parti jusqu’en 1987. De 1976 à 1992, il assume la présidence de l’Internationale socialiste. En décembre 1990, il ouvre la séance inaugurale du premier Bundestag de l’Allemagne unie et, l’année suivante, lutte pour que Berlin redevienne capitale. Ses obsèques donnent lieu à une grande cérémonie officielle.

John Fitzgerald Kennedy (1917-1963) :

Au cours d’un voyage officiel en Allemagne, John Kennedy effectue le 26 juin 1963 une brève visite à Berlin. Après avoir inspecté le Mur du haut d’une plate-forme située à Checkpoint Charlie, il prononce, devant l’Hôtel de Ville de Schöneberg, un discours qui électrise une immense foule venue voir le garant de sa liberté. Il les transporte en déclarant : " Tous les hommes libres sont citoyens de Berlin et c’est pourquoi, en tant qu’homme libre, je suis fier de pouvoir dire : Ich bin ein Berliner (je suis un Berlinois) ". (Alle freien Menschen sind Bürger von Berlin, und deshalb bin ich als freier Mann stolz darauf, sagen zu können : Ich bin ein Berliner) Après lui, tous les présidents américains se font un devoir de faire le voyage à Berlin. En 1987, Ronald Reagan demande ainsi à Gorbatchev " d’ouvrir la Porte de Brandebourg ".

 

Walter Ulbricht
Walter Ulbricht

Erich Honecker
Erich Honecker

Willy Brandt
Willy Brandt

John F. Kennedy
John F. Kennedy

Bas de page

Table des matières - annexes - Le système "Mur"

Bas de page