Haut de page

2 - Opération Muraille de Chine

Haut de page

 

  La réaction internationale

C’est seulement après s’être assurée que la fermeture de la frontière ne soulevait que des protestations formelles de la part des puissances occidentales, que la RDA commence le 15 août à remplacer les barrières provisoires par un mur solide de 1 mètre 50 de hauteur. Ce délai permet à quelques milliers d’Allemands de l’Est de passer à Berlin-Ouest : ainsi 6 904 personnes franchissent encore la frontière les 13 et 14 août.

Bien qu’informées à l’avance par leurs services de renseignement de la fermeture de la frontière intraberlinoise, les puissances occidentales réagissent avec modération, décevant les 250 000 Berlinois de l’Ouest rassemblés le 16 août devant l’Hôtel de Ville de Schöneberg.

Estimant que le Mur ne remet pas en cause les trois principes de base (three essentials) formulés le 25 juillet par le président Kennedy (libre accès à Berlin-Ouest, présence occidentale dans la ville, liberté de la population de Berlin-Ouest), les États-Unis se contentent de dépêcher sur place le vice-président Johnson, accompagné du général Lucius D. Clay (1897-1978), le héros du pont aérien.

L’URSS renonce pour sa part à conclure un traité de paix avec la RDA et maintient de fait le statut quadripartite de Berlin.

Berlin
Berlin

 

 Le mur solide
Le mur solide

 Le passage vers l'Ouest
La vérification des barbelés

 
Les familles séparées

 

Bas de page

Table des matières - annexes - Le système "Mur"

Bas de page