Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  104-Spencer

Sir Stanley Spencer, The Resurrection of the Soldiers (La résurrection des soldats), 1928-29, huile sur toile, Sandham Memorial Chapel, Burghclere.

© SESAM, Paris, 1998.

 
La mort
103104105

104 - Sir Stanley Spencer

Mary Behrend et son mari Louie ayant décidé de célébrer la mémoire du lieutenant Henry Sandham, frère de Mary, confièrent le projet à Spencer. Il y travailla de 1923 à 1932, des premiers dessins préparatoires à l'achèvement des panneaux qui décrivent le sort des blessés, de leur transfert à l'hôpital aux soins, aux obsèques et, pour le mur qui occupe le fond de la chapelle, La résurrection. Dans ce dernier, se conjuguent des souvenirs de Macédoine, l'évocation des cimetières et une inspiration moins religieuse que morale. Aux antipodes de l'expressionnisme, tout aussi éloigné du réalisme de Dix, Spencer élabore un style qui opère par le dépouillement, la simplicité statique des figures, une sorte de naïveté - fort étudiée - du dessin et une sobriété chromatique qui lui conseille de demeurer dans les ocres et les gris, laissant au blanc des croix le soin d'éclairer la composition. Des soldats, tous jeunes, et des chevaux renaissent de partout - évocation des champs de bataille où les cadavres s'entassaient. Le regard avance des visages purs et adolescents du premier plan jusqu'à l'horizon crépusculaire, suivant l'enchevêtrement des croix. Alors que les autres toiles pour Sandham Memorial Chapel racontent et décrivent des scènes réelles, Spencer réussit ici à s'écarter de tout naturalisme et à lui insuffler une charge symbolique puissante.