Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  Reproduction non autorisée sur le Web

Max Beckmann, Auferstehung (Résurrection), 1918, huile sur toile, 345 x 497 cm, Staatsgalerie, Stuttgart. Reproduction non autorisée sur le Web.

 
La mort
102103104

103 - Max Beckmann

Après sa démobilisation, Beckmann reprend peu à peu son oeuvre. Il entreprend une toile de grandes dimensions, qu'il n'achève pas. Elle réunit dans une composition complexe de symboles des images de la guerre et d'autres de l'arrière. Un cadavre de La morgue est allongé au centre, des ruines occupent le fond. Des corps nus - blessés, fous, martyrs - peuplent l'espace. De terre sortent des figures, la plupart caricaturales, inquiétantes ou ridicules. Les poses sont, pour la plupart, celles de la douleur, de la déploration, de l'accablement ou, à droite, celles d'une frénésie démoniaque. Plus qu'une résurrection, Beckmann peint une apocalypse. Au centre un astre sombre, sorte de soleil noir, annonce d'autres désastres. Rien ne fait ici directement allusion à la guerre. Mais tout en suggère la présence et la souffrance, jusqu'au refus de finir, jusqu'à l'abandon de la toile comme si le sujet était tel qu'un homme ne puisse le supporter assez longtemps.