Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  101-Egger-Linz

Albin Egger-Linz, Den Namenlosen, 1914 (Ceux qui ont perdu leur nom, 1914), 1916, huile sur toile, 243 x 475 cm, Heeresgeschichtliches Museum, Vienne.

© Heeresgeschichtliches Museum, Wien.

 
La mort
100101102

101 - Albin Egger-Linz

Quand la guerre éclate, Egger-Linz (1868-1926) a quarante-six ans. Il est donc trop âgé pour y participer directement, à la différence des principaux artistes viennois du moment, Schiele ou Kokoschka. Il y assiste néanmoins, sur le front alpin, à partir de 1915. Mais, bien plus que ses portraits et quelques toiles de la lutte dans la montagne, demeurent ses compositions monumentales. Avant même la fin du conflit, il le traite par le symbole, que ce soit dans La guerre (1915-16) ou dans cette toile. A la considérer du seul point de vue de l'histoire militaire, elle manque de vraisemblance en dépit des détails des casques, de la grenade à manche et des bottes. Le propos est autre, comme l'affirme le titre : dire que la guerre voue chacun à l'anonymat d'une mort commune, inexplicable, presque invisible. Les visages n'ont pas de regard, ou tourné vers le sol. Les postures sont identiques. Ces hommes sans nom ont perdu toute individualité et s'enfoncent ensemble, du même pas, dans la terre creusée de cratères où ils doivent s'ensevelir.