Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  94-Orpen

William Orpen, Thiepval, 1917, huile sur toile, 63,5 x 76,2 cm, Imperial War Museum, Londres.

© Imperial War Museum.

 
La mort
939495

94 - William Orpen

A Thiepval, dans la Somme, et tout autour, la bataille fut féroce entre Allemands et Britanniques durant l'été 1916. Quelques mois après, Orpen revient sur le terrain. Des crânes, des ossements et des lambeaux d'étoffes jonchent la pierraille. Fidèle à lui-même, Orpen se refuse à choisir : son regard et son tableau énumèrent, sans hiérarchie, les restes humains, les objets brisés. Le temps est clair, des touffes d'herbe et des fleurs rouges - des coquelicots sans doute - poussent dans la craie et autour des squelettes dispersés. L'oubli est pour bientôt.
 

 
94-Orpen" C'était un entassement infâme, une exhumation monstrueuse de Bavarois cireux sur d'autres déjà noirs, dont les bouches tordues exhalaient une haleine pourrie ; tout un amas de chairs déchiquetées, avec des cadavres qu'on eut dit dévissés, les pieds et les genoux complètement retournés, et, pour les veiller tous, un seul mort resté debout, adossé à la paroi, étayé par un monstre sans tête. "

Roland Dorgelès, Les Croix de bois.