Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  79-Bonnard

Pierre Bonnard, Un village en ruines près de Ham, 1917, huile sur toile, 63 x 85 cm, Musée d'histoire contemporaine - BDIC, Paris.

© SESAM, Paris, 1998.

 
Souffrances
787980

79 - Pierre Bonnard

Bonnard (1867-1947) fait partie du groupe des peintres qui reçoivent mission à la fin de 1916 d'aller peindre la guerre - il est aussi celui qui semble le moins préparé à pareille tâche, non que la guerre lui soit indifférente, mais parce que son inspiration se situe très loin de là, du côté du nu féminin et des scènes d'intérieur. Il s'acquitte de son devoir en une seule toile, qu'il n'achève pas cependant. Parmi des habitations calcinées, des troupes françaises attendent. Un vieillard accroupi symbolise l'accablement et la misère. A l'arrière-plan se distingue une voiture de la Croix-Rouge, signe d'autres désastres. Dans l'état où l'artiste l'a laissée, lacunaire, brouillée par places, l'oeuvre s'accorde à un sentiment de désolation qui rend tout effort inutile. On pourrait supposer qu'aux yeux de Bonnard, une toile "achevée" aurait été déplacée en de tels moments, où l'art semble devenu à son tour sans objet.
 

 
79-Bonnard" En quelques jours, l'action de l'artillerie lourde avait transmué un pacifique gîte d'étape en un spectacle d'horreur. Des maisons entières avaient été aplaties ou fendues en deux par un coup de plein fouet, si bien que les chambres avec leur mobilier pendaient comme des coulisses de théâtre au-dessus du chaos. Un fumet de cadavres sortait de beaucoup de ces décombres, car le premier bombardement avait aussi complètement surpris par sa soudaineté les habitants, et en avait enterré un grand nombre sous les ruines, avant qu'ils n'eussent pu sortir de chez eux. Une petite fille gisait devant un seuil au milieu d'une flaque rouge. (...) Les rues n'étaient plus que des pistes étroites qui zigzaguaient à travers et par-dessus d'énormes monticules de poutres et de maçonnerie. Les légumes et les fruits pourrissaient dans les jardins retournés par les obus. "

Ernst Jünger, Orages d'acier.