Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  70-Heckel

Eric Heckel, Zwei Verwundete (Deux soldats blessés), 1915, xylographie sur papier, Musée Folkwang, Essen.

© Museum Folkwang, Essen - Photo : J. Nober.

© SESAM, Paris, 1998.

 
Souffrances
697071

70 - Eric Heckel

De Chagall à Heckel (1883-1970), la distance est alors réduite. Or Heckel appartient au mouvement expressionniste allemand du groupe Die Brücke et privilégie la technique de la gravure sur bois, à laquelle les autres membres du groupe - Kirchner, Schmidt-Rottluff - se montrent autant que lui attachés. Le dessin au ciseau, à la pointe, au canif parfois dans la planche ne permet pas des subtilités de clair-obscur, mais sa brutalité primitiviste convient à la brutalité du motif, un soldat à la tête enveloppée de bandes et un deuxième à l'arrière-plan, endormi ou agonisant sur une chaise-longue ou un lit. Les coups de lame découpent les rides, les cicatrices, les lignes et il semble que la gravure soit balafrée comme le corps de l'un de ces hommes livrés aux éclats d'obus et aux balles.
 

 
Coquelicot

 
" Nous sommes des morts insensibles qui, par un stratagème et un ensorcellement dangereux, sont encore capables de courir et de tuer. Un jeune Français reste en arrière ; il est rejoint et lève les mains ; dans l'une d'elles il a encore son revolver ; on ne sait pas s'il veut tirer ou se rendre. Un coup de pelle lui fend en deux le visage. Un second voit cela et essaie de s'enfuir, mais une baïonnette lui entre en sifflant dans le dos. Il bondit et, les bras largement écartés, la bouche grande ouverte et criant, il chancelle, tandis que la baïonnette oscille dans son échine. "

Erich Maria Remarque, A l'Ouest rien de nouveau.