Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  68-Picasso

Pablo Picasso, Apollinaire blessé, 1916, crayon sur papier, 48,8 x 30,5 cm.

© Succession Picasso 1998. Tout autre droit réservé.

 
Souffrances
676869

68 - Pablo Picasso

Proximité plus grande encore : le dessin est dédicacé "A mon ami Guillaume Apollinaire". L'amitié du peintre et du poète est alors vieille d'une dizaine d'années, d'autant plus forte qu'Apollinaire n'a cessé, dans ses articles et dans ses Méditations esthétiques de dire son admiration pour Picasso, d'analyser son oeuvre et d'affirmer qu'elle est décisive au-delà du cubisme même. Le poète, blessé près de Reims, est soigné à Paris et le portrait rend hommage à son courage : c'est celui d'un soldat en uniforme, décoré de la Croix de Guerre, botté, plein d'autorité. Il répond, à deux ans d'intervalle, à l'effigie d'Apollinaire sabre au clair, qui demeurait dans un registre moins sérieux. Entre-temps sont intervenus les premiers carnages, la blessure de Braque et celle de Cendrars.
 

 
Coquelicot

 
" Le ciel est étoilé par les obus des Boches
La forêt merveilleuse où je vis donne un bal
La mitrailleuse joue un air à triple-croches
Mais avez-vous le mot
Eh oui ! le mot fatal
Aux créneaux Aux créneaux Laissez-là les pioches

Comme un astre éperdu qui cherche ses saisons
Cœur obus éclaté tu sifflais ta romance
Et tes mille soleils ont vidé les caissons
Que les dieux de mes yeux remplissent en silence "

Guillaume Apollinaire, "La nuit d'avril 1915", Calligrammes.