Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  60-Léger

Fernand Léger, La Cocarde, l'avion brisé, 1916, aquarelle sur papier, 23,5 x 29,5 cm, Musée national Fernand Léger, Biot.

© SESAM, Paris, 1998. Photo RMN - H. Lewandowski.

 
La guerre totale
596061

60 - Fernand Léger

Tout autre chose : non plus la vision héroïque, presque légendaire du duel en plein ciel, mais ce qu'en voit l'homme du commun, le fantassin - ici le brancardier Léger. En 1916 et 1917, il peint à plusieurs reprises des débris d'aéroplanes, français ou allemands selon les cas. Au rêve de légèreté succède la vision de la machine brisée, de l'enchevêtrement des poutrelles et des haubans, des ailes fracassées. Léger ne montre pas ce que révèle souvent la photographie, les cadavres mutilés et carbonisés des pilotes abattus. Il ne lui est pas nécessaire d'entrer dans ces détails. En employant le cubisme à rebours, il suggère avec assez de force la violence du choc.