Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  55-Fergusson

John D. Fergusson, Dockyard, Portsmouth, 1918, huile sur toile, 76,2 x 68,5 cm, Imperial War Museum, Londres.

© Imperial War Museum.

© The Fergusson Gallery, Perth and Kinross Council, Scotland.

 
La guerre totale
545556

55 - John D. Fergusson

Après le traitement descriptif, l'élaboration picturale. Fergusson (1874-1961) s'est établi à Paris en 1905, où il est sensible à l'influence du fauvisme et à celle de Cézanne. Cette formation apparaît à l'évidence ici, que ce soit dans la construction du motif, dans le chromatisme ou dans la touche. La coque camouflée d'un navire devient pour lui le support d'une suite d'études colorées où des nuances de vert, d'ocre et de rose apparaissent dans le blanc et le bleu. La peinture du ciel et de l'eau n'est pas moins subtile, alors que Fergusson oppose rudement le premier plan des rouages et des bidons de fer - rouge et brun - au second plan plus clair. Ainsi obtient-il cette rareté au regard de l'histoire de l'art : une représentation cézannienne d'un épisode de la Grande Guerre, quatorze années après la mort de Cézanne. Elle n'en est pas moins efficace : à l'arrière-plan un deuxième cargo se distingue mal du ciel nuageux - ce qui est le propos du camouflage.