Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  53-Leroux

Georges Leroux, L'Enfer, 1917-18, huile sur toile, 114,3 x 161,3 cm, Imperial War Museum, Londres.

© Imperial War Museum.

 
Le temps de l'artillerie
5253Guide

53 - Georges Leroux

Leroux (1877- ?) a appartenu aux sections de camouflage et servi dans le nord de la France et en Belgique. Il a raconté comment, de retour d'une mission de reconnaissance, il vit " un groupe de soldats français se protégeant dans un grand trou d'obus plein d'eau "et comment il a peint plus tard la toile, d'après le croquis tracé le soir même. C'est là, dans un style réaliste sans rapport avec Nash ou Léger, une oeuvre qui s'efforce, aussi justement que possible, de représenter l'irreprésentable réalité de la guerre.
 

 
53-Leroux" Je suis monté sur la crête du ravin où je suis. J'avais derrière moi Fleury, devant Vaux et Douaumont. J'embrassais une dizaine de kilomètres carrés transformés en désert de terre brune uniforme. Les hommes sont tout petits perdus là-dedans. On les distingue à peine. Un obus tombe dans ces petites choses, ça remue un moment, on emporte les blessés, on laisse les morts, ça n'a pas plus d'importance que des fourmis. On n'est pas plus gros que des fourmis là-dedans. C'est l'artillerie qui domine tout. Formidable, intelligente, frappant partout, désespérante par sa régularité. "

Fernand Léger, Verdun, le 7 novembre 1916.