Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  46-Vallotton

Félix Vallotton, Verdun, tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz, 1917, huile sur toile, 114 x 146 cm, Musée de l'Armée, Paris.

© Photo Musée de l'Armée, Paris.

 
Le temps de l'artillerie
454647

46 - Félix Vallotton

De sa mission en Argonne et à Verdun, Vallotton rapporte la certitude que, s'il demeure possible de peindre les ruines et les paysages du front, la bataille elle-même oppose à l'artiste des difficultés peut-être insolubles. Quoique membre du groupe des nabis, il demande alors au cubo-futurisme des ressources, le temps d'un tableau absolument singulier dans son oeuvre. A propos de Verdun, il écrit : " Que représenter dans tout cela ? (...) Peut-être les théories encore embryonnaires du cubisme s'y pourront-elles appliquer avec fruit ? Dessiner ou peindre des 'forces' serait bien plus profondément vrai qu'en reproduire les effets matériels, mais ces 'forces' n'ont pas de forme, et de couleur encore moins. " Ce seront, conformément au cubo-futurisme dont Vallotton se fait l'adepte éphémère, les triangles et les cônes colorés des trajectoires, les obliques de la pluie, les fumées denses. Il reste les éléments d'un paysage, une perspective, des arbres sur les pentes, mais le centre de la toile est occupé par une composition symbolique, la géométrie des 'forces' antagonistes.