Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  44-Nevinson

C. R. W. Nevinson, Explosion, c. 1916, huile sur toile, 61 x 45,8 cm.

© By Courtesy of Sotheby's. Tout autre droit réservé.

 
Le temps de l'artillerie
434445

44 - C. R. W. Nevinson

Un an plus tard, quand il revient à ce sujet, le traitement est plus simple et narratif. Il ne reste rien de la spirale phosphorescente et Nevinson réduit son langage à la prolifération des obliques à partir d'un point central - l'impact - qu'il place de surcroît au sommet de deux triangles sombres. Il abandonne encore la spectrographie de la couleur et n'emploie plus que des gris et des bruns, de sorte qu'il se rapproche d'un traitement photographique de l'explosion. Si la toile conserve une force emblématique, elle perd de sa valeur expérimentale.
 

 
44-Nevinson" A ce moment, voici qu'un nouveau sifflement retentit haut en l'air : chacun sentit, la gorge serrée : celui-là, c'est pour nous. Puis un fracas énorme, assourdissant - l'obus s'était abattu juste au milieu de nous.
A demi-assommé, je me relevai. Dans le grand entonnoir, des bandes de cartouches de mitrailleuses, allumées par l'explosion, lançaient une lumière d'un rose cru. Elle éclairait la fumée pesante où se tordait une masse de corps noircis, et les ombres des survivants qui s'enfuyaient dans toutes les directions. En même temps, de nombreux et atroces cris de souffrance et des appels à l'aide s'élevèrent.
Cette rotation de la masse sombre, au fond du chaudron fumant et rougeoyant, ouvrit durant une seconde comme la vision d'un cauchemar infernal, le plus profond abîme de l'épouvante. "

Ernst Jünger, Orages d'acier.