Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  27-Mare

André Mare, L'orme de Vermezeele, encre et aquarelle, carnet 4, Historial de la Grande Guerre, Péronne.

© SESAM, Paris, 1998.
 

27-Underwood

Leon Underwood, Erecting a Camouflage Tree (L'installation de l'arbre camouflé), huile sur toile, 106 x 152 cm, Imperial War Museum, Londres.

© Imperial War Museum.

 
Le champ de bataille
262728

27 - André Mare et Leon Underwood

Le camouflage doit tromper les observateurs ennemis. Il doit aussi permettre d'observer mieux et plus sûrement. De là l'invention des faux arbres en métal, fabriqués et peints à l'imitation d'un arbre véritable. Creux, blindés, ils permettent de s'installer en hauteur et d'épier par des fentes. Leur installation est généralement nocturne - en dépit de ce que suggère la toile plus didactique que réaliste d'Underwood (1890-1975) - afin que l'adversaire ne puisse détecter la substitution. Cette technique suppose l'imitation aussi exacte que possible de l'arbre "de départ", comme le montre le carnet de Mare et ses notations chromatiques - "cassure fraîche", "cassure demi fraîche".
 

 

 
27-Underwood" Je me trouvais dans un gigantesque fenil (un bel atelier !) et j'ai peint neuf 'Kandinsky' (...) sur des toiles de tentes. Cette histoire a un but tout à fait utile : rendre introuvable l'emplacement des pièces d'artillerie pour les avions de reconnaissance et les photographies aériennes, en les recouvrant de ces toiles peintes selon un système pointilliste grossier et d'après les observations faites sur les couleurs naturelles de camouflage (mimétisme). (...) Grâce à la peinture, l'image qui nous trahit doit être désormais suffisamment brouillée et déformée pour que la position ne soit pas reconnue. La division va nous fournir un avion pour qu'il expérimente la chose en faisant des prises de vue. Je suis curieux de voir quel effet auront les Kandinsky à deux mille mètres d'altitude. "

Franz Marc, Lettres du front, traduites par Laure Bonzon, Fourbis, 1996.