Coquelicot La couleur des larmes
  Visite guidée Liste des peintres Partenaires La couleur des larmes

 
  Reproduction non autorisée
sur le Web

Umberto Boccioni, Charge de lanciers, 1915, tempera et collage sur papier, 32 x 50 cm, coll Jucker, Milan. Reproduction non autorisée sur le Web.

 
Le champ de bataille
141516

15 - Umberto Boccioni

Il n'y eut que fort peu de charges de ce genre durant la Grande Guerre, hors quelques affrontements de cavalerie dans les premiers mois, principalement entre troupes russes et austro-hongroises. Boccioni (1882-1916) n'en figure pas moins celle-ci, allégorique plus que réelle. L'allusion à Saint-George et aux Batailles d'Uccello se fond dans le traitement futuriste, qui accentue le dynamisme du mouvement général. Les obliques des lances et celles des fusils s'entrecroisent, alors que les chevaux se cabrent. Un collage fait référence aux progrès français en Alsace à l'été 1914, rapidement arrêtés - indice de la francophilie militante des futuristes, dont Boccioni est depuis 1911 l'un des chefs de file et sans doute l'artiste le plus inventif. Lui-même s'engage en 1915 et meurt l'année suivante, victime d'une chute de cheval.
 

 

 
Coquelicot" Le no man's land grouillait d'assaillants qui, soit isolément, soit par petits paquets, soit en masses compactes, marchaient vers le rideau embrasé. Ils ne couraient pas, ni ne se planquaient quand les immenses panaches s'élevaient au milieu d'eux. Pesamment, mais irrésistiblement, ils marchaient vers la ligne ennemie. Il semblait qu'ils eussent cessé d'être vulnérables.
Le grand moment était venu. Le barrage roulant s'approchait des premières tranchées. Nous nous mîmes en marche. "

Ernst Jünger, Orages d'acier.